Athènes - avril mai 2018

athene acropole piree vegetation ortie caprier brachychiton melia jacaranda physalis sculpture

Raftopoulou 8, Athènes.
Pendant ce séjour à Athènes, je loge dans un appartement Airbnb. Dans l'annonce sur le site il est décrit ayant une décoration «vintage». Le jeune propriétaire Alexi me dit que c'était l'appartement de sa grand-mère. On perçoit encore sa présence, dans les armoires pleines de vaisselles, dans les quelques bibelots, qui décorent ce qui est devenu un appartement pour touristes.
Comme à l'Acropole, j'ai pensé à l'archéologie. Une sorte d'inventaire. Retrouver les pièces manquantes. Une mémoire. Le passé.

Au pied de l'Acropole, à l'entrée, là où on achète les billets, il est écrit:
«Ici commence l'Europe».

Nous marchons au bord de la mer, au Pirée. Le port au loin, devenu chinois est l'un des ports de marchandise où la croissance est la plus forte au monde, paraît-il. Je ramasse un caillou, artificiel.
Quand on parle de la Grèce, on parle aussi de situation économique.
Quand on parle de situation économique, on parle souvent de croissance.
Mot magique.

Végetation trouvée dans la rue
Quand je parle de croissance, je pense aux plantes.
Aujourd'hui la botanique utilise des outils pour comprendre, simuler et planifier le développement des plantes et le fonctionnement des écosystèmes en interaction avec leur environnement.
Plus qu'une comparaison entre l'économie et les plantes, ou une explication des phénomènes, c'est les mots employés qui m'intéressent. Un genre de poésie.

Urtica pilulifera L.
Au printemps, les plantes poussent partout dans la ville. L'ortie à pilule aussi connue sous le nom d'ortie algérienne ou ortie romaine, est une plante du pourtour méditerranéen.
Je collecte des plantes dans la ville. Je rassemble des données, note les trajectoires. Une ébauche de plan. Une simulation.

Capparis spinosa L.
Derrière un grillage séparant la route de la mer, deux femmes ramassent des végétaux que je ne peux pas identifier. Elles me montrent leur récolte de câpres et me donnent des fleurs de câprier.

Brachychiton populneus
Le kurrajong, arbre-bouteille, est un arbre de taille petite à moyenne que l'on trouve naturellement en Australie dans divers habitats. Il a été introduit comme arbre d'ornement dans les pays méditerranéens.
On pourrait manger les racines des jeunes plantes et utiliser les graines pour remplacer le café.

Melia azedarach
Une espèce d'arbre à feuilles caduques de la famille des Meliaceae comme l'acajou, originaire d'Inde, du sud de la Chine et de l'Australie. C'est un arbre très décoratif durant la mauvaise saison grâce à ses petits fruits, qui contiennent des graines à 6 faces ayant un trou au centre. Ces graines étaient utilisées pour fabriquer des chapelets.

Fruits du Jacaranda mimosifolia
Sa distribution géographique originelle s'étend depuis la Bolivie, le Paraguay et le nord de l'Argentine jusqu'au sud du Brésil. Le jacaranda est d'un grand intérêt pour valoriser les zones urbaines où on l'implante. Dans l'hémisphère Nord, il ne supporte pas les rigueurs d'un hiver trop froid, mais on le trouve aisément dans le sud de l'Europe.
J'en vois en fleurs devant l'université d'agriculture d'Athènes.

Un fragment, articulé comme des ailes de papillons, une curiosité.
Cela me fait penser au drapé de pierre du reste d'une sculpture au musée d'archéologie d'Athènes.
L'Antiquité, à nouveau.

A Lesbos et à Athènes j'ai collecté des plantes que j'ai photographiées. J'essaie de les identifier, de leur donner un nom, de retrouver leur famille. L'évocation subjective d'événements de lieux et de personnes.
Comment les signes re-présentent ce qui n'est pas présent.

Travail effectué dans le cadre du programme de recherche Le Petit Tour 2 Grèce.
Lesbos en décembre 2017 et Athènes en avril-mai 2018
http://lepetittourgrece.fr/

fleche
fleche